ville de Rome photo

Rome

ville de Rome photo

Rome, ville historique et capitale de la province de Rome, de la région du Latium et du pays d’Italie. Rome est située dans la partie centrale de la péninsule italienne, sur le Tibre, à environ 24 km de la mer Tyrrhénienne. Capitale d’une ancienne république et d’un empire dont les armées et le régime politique ont défini le monde occidental dans l’Antiquité et laissé par la suite des empreintes apparemment indélébiles, siège spirituel et physique de l’Église catholique romaine et site de grands sommets artistiques et intellectuels, Rome est la Ville éternelle, aujourd’hui encore capitale politique, centre religieux et monument de l’imagination créative du passé. Zone urbaine, 496 milles carrés (1 285 km carrés) ; province, 2 066 milles carrés (5 352 km carrés). Pop. (2011) ville, 2 617 175 ; province, 3 997 465 ; (2007 est.) agglomération urbaine, 3 339 000 ; (2016 est.) ville, 2 873 494 ; province, 4 353 738.

Rome, capitale nationale

Rome faisait en pratique partie de l’Italie carolingienne, mais les papes avaient beaucoup d’autonomie et aussi un statut religieux. Pendant plus d’un millénaire, Rome a contrôlé le destin de toutes les civilisations connues de l’Europe, mais elle est ensuite tombée dans la dissolution et le délabrement. Physiquement mutilée, économiquement paralysée, politiquement sénile et militairement impuissante à la fin du Moyen Âge, Rome reste néanmoins une puissance mondiale – comme une idée. La force de Rome, législateur, maître et bâtisseur, continuait à rayonner dans toute l’Europe. Bien que la situation des papes du VIe au XVe siècle fût souvent précaire, Rome connut la gloire comme la source du christianisme et finit par regagner son pouvoir et sa richesse et se rétablit comme un lieu de beauté, une source de savoir et une capitale des arts.

Un peu d’histoire

Fontaine de trevi RomeL’histoire contemporaine de Rome reflète la tension de longue date entre le pouvoir spirituel de la papauté et le pouvoir politique de la capitale italienne. Rome a été la dernière ville-État à faire partie d’une Italie unifiée, et elle ne l’a fait que sous la contrainte, après l’invasion des troupes italiennes en 1870. Le pape se réfugia ensuite au Vatican. Rome devint la capitale de l’Italie (non sans protestations de Florence, capitale depuis 1865), et le nouvel État remplit la ville de ministères et de casernes. Pourtant, l’Église catholique a continué à rejeter l’autorité italienne jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé avec le dictateur fasciste Benito Mussolini en 1929, lorsque l’Italie et la Cité du Vatican ont reconnu la souveraineté de l’autre. Mussolini, quant à lui, a créé un culte de la personnalité qui a défié celui du pape lui-même, et son parti fasciste a essayé de recréer les gloires du passé impérial de Rome à travers un programme massif de travaux publics.

Depuis la chute de Mussolini et les traumatismes de la Seconde Guerre mondiale, alors que la ville était occupée par les Allemands, la politique a continué à dominer l’agenda de Rome – bien que le régionalisme ait commencé, dans les années 1980, à transférer une partie du pouvoir politique de la capitale. En retard par rapport à Milan et Turin sur le plan économique, Rome a conservé une place périphérique au sein des économies italienne et européenne. Il a également été en proie à des pénuries constantes de logements et à des embouteillages. Cependant, la fin du XXe et le début du XXIe siècle ont apporté des efforts accrus pour résoudre les problèmes d’infrastructure de Rome et pour favoriser une renaissance culturelle romaine.

Les paysages autour de la ville

La campagne romaine, la Campagne, fut l’une des dernières régions de l’Italie centrale à être peuplée dans l’Antiquité. Rome a été construite sur une colline défendable qui dominait la dernière traversée de rivière en aval, où la traversée du Tibre était facilitée par une île au milieu du fleuve. Cette colline, la colline Palatine, faisait partie d’un groupe de collines, traditionnellement au nombre de sept, autour desquelles la ville antique s’est développée. Les autres collines sont le Capitole, le Quirinal, le Viminal, l’Esquilin, le Caelian et l’Aventin.

Le climat de la capitale italienne

Les journées chaudes et sèches de l’été romain, avec des températures souvent supérieures à 24 °C (75 °F), sont souvent refroidies l’après-midi par le ponentino, un vent d’ouest qui monte de la mer Tyrrhénienne. La ville reçoit environ 30 pouces (750 mm) de précipitations par année ; le printemps et l’automne sont les saisons les plus pluvieuses. Des gelées et parfois de légères chutes de neige ponctuent les hivers par ailleurs doux, lorsque les températures élevées sont en moyenne légèrement supérieures à 10 °C (50 °F). La tramontane, vent froid et sec du nord, fréquente la ville en hiver.

Plan de la ville de Rome

L’ancien centre de Rome est divisé en 22 rioni (quartiers), les noms de la plupart datant de l’époque classique, tout en l’entourant sont 35 quartieri urbani (secteurs urbains) qui ont commencé à être officiellement absorbés dans la municipalité après 1911. Dans les limites de la ville, à l’ouest et au nord-ouest, six grandes banlieues (banlieues) se trouvent à l’intérieur des limites de la ville. A environ 10 km du centre de la ville, une ceinture autoroutière décrit un immense cercle autour de la capitale, reliant les anciennes viae (routes) entre elles, la Via Appia (connue en anglais sous le nom de Appian Way), la Via Aurelia et la Via Flaminia, qui menaient à la Rome antique. Des masses d’immeubles d’appartements modernes s’élèvent dans les quartiers à l’extérieur du centre, où, par contre, la construction contemporaine est moins visible.

plan de la ville de Rome avec les monuments

En effet, d’anciens remparts entourent encore une grande partie du centre-ville, qui est la zone de Rome où affluent les touristes. Le soi-disant Mur de Servian, nommé d’après le roi romain Servius Tullius du VIe siècle avant Jésus-Christ, mais construit presque certainement 12 ans après la destruction de Rome par les Gaulois en 390 avant Jésus-Christ, entourait la plupart des collines Esquilin et Caelian et les cinq autres. Il a été construit sur des remparts qui datent au moins du début de la République romaine. Bien que Rome se soit développée au-delà des défenses serviennes, aucun nouveau mur n’a été construit jusqu’à ce que l’empereur Aurélien commence à construire en béton briqueté en 270 de notre ère. D’une longueur d’environ 20 km et d’une superficie d’environ 10 km², le Mur Aurélien est encore largement intact. Aussi petite soit-elle, la vieille ville compte des centaines d’hôtels, plus de 200 palazzi (palais), plusieurs des principaux parcs de la ville, la résidence du président italien, les chambres du parlement, les bureaux du gouvernement local et national, et les grands monuments historiques, en plus des milliers de bureaux, restaurants et bars.